Les Master Grips sont en tournages.

Philippe Brelot Directeur Photo, Berto (Gilbert Lecluyse) cadreur et Till Leprêtre étudiant à La Femis ont tourné avec les Master Grips. Ils partagent leurs retours d’expériences.

 

 

Film : « L’Ame du Vin » de Philippe Brelot

« J’ai commencé à utiliser la poignée Master Grip sur l’ALEXA Mini pour mon long métrage documentaire sur les Grands Vins de Bourgogne « L’Ame du Vin », c’est un régal, mes félicitations à leurs concepteurs!

 

 

« Ce que j’ai aimé dans les Master Grip (je n’ai travaillé qu’en poignée gauche start et focus, je n’ai pas voulu de poignée zoom pour ne pas être tenté d’utiliser l’Angénieux comme un zoom de reportage mais plutôt comme une gamme de focales fixes): Tout d’abord l’ergonomie et la légèreté, quand on travaille en solo c’est un grand avantage, retrouver d’instinct les réglages de point comme quand on tournait les docs en super 16 ou en beta num sans quitter son sujet. Ensuite, la quantité et la pertinence des réglages proposés : vitesses, sens, limites, courbes. Pour finir, la facilité d’utilisation en touch screen ou/et en Joy stick, j’ai « joué » une 1/2 heure avec lors des essais caméra et j’étais tout de suite très à l’aise avec les menus et les réglages. »

Directeur de la photographie : Philippe Brelot – Caméra : ARRI ALEXA Mini et Optique : Zoom Angénieux

 ***

 

Film : « Le meilleur ami de l’homme» de Laurent Herbiet

 

« Accessoire très agréable à travailler, très intuitif, très bonne ergonomie, je l’ai utilisé sur un documentaire tant à l’épaule que sur pied. L’extension de la poignée droite à l’épaule (commandant le zoom) se met le plus naturellement du monde en manche droit de la tête fluide, et sans devoir rien rebrancher, donne la possibilité d’actionner le zoom de la main droite pour l’opérateur. La poignée gauche donne (en permutant) l’accès au diaph ou au point. Les possibilités de réglages (vitesse, amplitudes, butées…) sont très utiles et d’une très bonne sensibilité. Grâce à un écran tactile un peu à la manière d’une Apple Watch » 

Directeur de la Photographie : Berto (Gilber Lecluyse) – Caméra : Sony F55 et Optique : 19-90mm et 85-300mm Fujinon

 

 ***

 

 

Film: Sasha (titre provisoire) de Till Leprêtre (projet de diplôme, Département Image La Femis)

 

« Ce film, tourné pendant 6 jours, était donc un film de fin d’études du département image à la Fémis. Les spécificités du diplôme image imposent à l’étudiant d’être à la fois réalisateur et directeur-photo du film. Ne voulant pas en plus cadrer le film, je m’étais adressé à François Ray, un de mes 5 camarades de promotion, en lui demandant de le faire, car je voulais quelqu’un en qui j’avais pleinement confiance à ce poste. Lors du tournage, François n’a pas été présent sur le dernier jour et demi de tournage, pour cause de montage de son propre film. J’ai donc repris le cadre sur quelques séquences, dont deux à l’épaule. Sur les 15 séquences du film, 5 étaient à l’épaule, 3 étaient au steadicam. En effet, nous tournions avec un zoom Angénieux anamorphique 30-72 A2S. La configuration des Master-grip était donc optimale : François pouvait chercher le cadre en tout autonomie et très rapidement, la légèreté de l’ ALEXA Mini lui permettant avec la bouée de chercher sans effort ses positions, ses cadres, ses zooms. De plus, si je souhaitais intervenir sur le diaphragme en préparation, ce n’était pas vraiment compliqué, car on peut du bout du doigt jouer sur la roulette sans embêter le cadreur, qui cadre sans forcément les tenir.

En termes d’ergonomie, nous les avons privilégiés aux poignées bleues, pour qui j’ai pourtant beaucoup d’amour, car nous avons apprécié sans réserve la forme de la prise en main des Master Grips, même sans les rallonges, la distance à laquelle on pouvait les placer était parfaitement en adéquation avec notre configuration épaule + bouée.

 

 

Le premier jour de tournage, tout l’intérêt de ces poignées s’est fait sentir lors d’un plan séquence à l’épaule : la caméra suit le personnage qui marche dans la rue, puis entre dans un jardin, tape sur une baie vitrée avant d’entrer très rapidement dans une maison dont tous les volets sont fermés et enfin déambuler dans cette maison à la recherche de son frère. Nous devions alors passer de f11 à f4 dans un délai très court, lorsque la caméra se précipite derrière le personnage qui entre. Même avec une commande de point HF, je pense que j’aurais eu beaucoup de mal à doser le changement, à le rentrer parfaitement dans le timing choisi par la comédienne et le cadreur pour entrer en intérieur. Ici, nous avons pu sur les poignées définir la plage sur laquelle on voulait effectuer le changement, ainsi François avait ses butées virtuelles et a pu effectuer le changement du bout du doigt gauche, exactement dans le rythme du cadre, de la façon la plus organique possible. A la fin de ce plan, on s’est tous les trois dit que ces poignées étaient parfaites. »

Directeur de la photographie : Till Leprêtre – Cadreur : François Ray – 1er AC : Lawrence Labeau

Caméra : ARRI ALEXA Mini et Optique : Zoom 30-72mm Angénieux A2S

www.arri.com