ARRI s’entretient avec cinq directeurs de la photographie de talent, à propos des films qu’ils ont photographiés et qui ont été en compétition au Festival de Cannes 2014. Ces films ont été tournés avec des caméras ARRI, tout comme plus de 60 % des longs métrages présentés dans les différentes sélections officielles. Vous trouverez ci-dessous les vidéos des interviews qui ont toutes été filmées avec l’AMIRA, la caméra pour le documentaire d’ARRI.

Elfani

Sofian El Fani parle de son travail avec l’ALEXA sur le film TIMBUKTU, réalisé par Abderrahmane Sissako, et sélectionné en compétition officielle à Cannes. Le film expose les injustices atroces imposées aux habitants de Tombouktu après la prise de contrôle de la ville par des djihadistes et les répercussions sur une famille de paysans. Sofian, qui a photographié la Palme d’Or de 2013, LA VIE D’ADELE, explique qu’il a choisi l’ALEXA pour sa robustesse : « Nous filmions en Mauritanie, à deux jours de voiture de la capitale et de l’aéroport… C’était la saison chaude, avec des vents de sable… Je n’avais pas envie que le matériel nous laisse tomber… Avec l’ALEXA, je me sentais plus en sécurité. »

 

 

Fournier

Crystel Fournier, AFC, a photographié le long métrage BANDE DE FILLES de Céline Sciamma, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs. Ce film raconte l’histoire d’une jeune fille noire qui abandonne l’école car elle a du mal à trouver sa propre identité et l’acceptation de ses pairs. Crystel Fournier, qui a enregistré en ProRes 2K sur des caméras ALEXA Plus 4:3 avec des objectifs Hawk anamorphiques, nous explique : « J’ai fait plusieurs films avec l’ALEXA et je l’apprécie pour plusieurs raisons… J’aime beaucoup son ergonomie. Elle est très bien équilibrée et elle est très simple à utiliser. »

 
 
 
Turpin
André Turpin

Dans le film MOMMY, du réalisateur canadien Xavier Dolan, âgé de 25 ans seulement, une courageuse veuve se retrouve accablée par la garde à plein temps de son adolescent atteint de troubles du comportement. Le film, qui a reçu le Prix du Jury dans la compétition officielle à Cannes (ex-aequo avec ADIEU AU LANGAGE de Jean-Luc Godard), a été photographié par André Turpin avec des caméras ARRICAM et des optiques Master Prime. Turpin précise : « J’aime beaucoup les images définies, clinquantes… Plus je fais de films, et plus j’aime les images simples, naturalistes… Les Master Prime m’offrent des images d’une grande qualité. Leurs flares ne sont pas gênants et elles sont toutes de la même taille… Et je leur fais confiance lorsque j’ouvre à T1.3. »

 
JavierJavier Julià, ADF

Vulnérables face à une réalité qui devient soudainement imprévisible, les personnages de LES NOUVEAUX SAUVAGES franchissent la ligne qui sépare la civilisation de la barbarie. Le film exaltant et dynamique de Damian Szifron concourrait pour la compétition officielle du Festival de Cannes et a été tourné avec une ALEXA par Javier Julià, ADF qui nous explique : « Ces deux dernières années, j’ai travaillé avec l’ALEXA sur de nombreuses publicités et je sais ce dont elle est capable… L’ALEXA me donne beaucoup plus de liberté et m’offre la possibilité de me concentrer sur bien d’autres aspects de la réalisation du film. »

 
 
 
 
 
Rev
Marcell Rèv

Marcell Rèv parle de son travail sur le film WHITE GOD de Kornél Mundruczó, qui a remporté le prix du meilleur film dans la section Un Certain Regard. Rèv a tourné ce film en ProRes 2K avec des caméras ALEXA M et ALEXA Plus. « Nous avons tourné presque tout le film à l’épaule… L’un des personnages principaux est un chien, et il était impératif de d’avoir un dispositif de tournage souple… J’ai testé l’ALEXA M et pour raconter le point de vue du chien, je crois que c’était le bon choix. Notre caméra principale était une ALEXA M, ce qui ne doit probablement pas être très habituel, et les deuxième et troisième caméras étaient des ALEXA normales.»