News ImageWorks ARRI
 
1917 – 2017 ARRI une firme centenaire
 
1917 – 2017 ARRI une firme centenaire

Conférence à la Cinémathèque Française Vendredi 13 janvier à 14h30, 51 rue de Bercy, Paris 12e

Avec projections et présentations d’appareils anciens et modernes

Septembre 1917 : August Arnold et Robert Richter, ingénieurs, cinéastes, techniciens, créent à Munich la société de fabrication d’appareils cinématographiques ARRI, contraction des deux premières lettres de leurs noms. Les premières machines sorties des usines sont des tireuses professionnelles de belle qualité. Une caméra 35 mm dite Kinarri, de forme ronde comme l’Akeley américaine, est ensuite proposée pour les reporters en 1924, de même qu’une version 16 mm en 1928. Puis la firme étend sa fabrication aux développeuses et aux lampes pour studios.

arnoldrichter

 

Erich Kästner, chef du bureau d’études, développe à partir de 1932 une caméra 35 mm portable d’une grande audace technique, puisqu’elle utilise une visée reflex et un moteur électrique qui sert aussi de manche. Un miroir, placé sur l’obturateur, renvoie l’image en tournant au foyer du viseur : on peut enfin cadrer et voir exactement ce que l’on filme. L’ARRIFLEX 35 est présentée à la foire de Leipzig en 1937 et servira à l’armée pendant la guerre. Bien plus tard, en 1982, la firme ARRI recevra un Oscar d’Hollywood pour l’innovation essentielle que constitue la visée reflex au cinéma.

L’usine munichoise de Türkenstrasse est détruite en juillet 1944, mais la production reprend de plus belle dès 1946 avec l’ARRI 35 II qui va rencontrer un succès énorme, notamment aux Etats-Unis. En 1952, une caméra 16 mm ARRI ST est commercialisée et devient l’appareil attitré des documentaristes et des reporters de télévision (plus de 20 000 exemplaires vendus). Elle sera suivie en 1965 par l’ARRI 16 BL, puis par la 16 SR (1975), 16 SR II (1982), 16 SR 3 pour Super 16 mm (1992). En 1953 sort le blimp pour caméras 16 et 35 mm. La caméra Arricord (1955) enregistre les images sur un film 16 mm et les sons sur une bande magnétique. La caméra 35 BL est, elle, auto-blimpée (1972). Le format 65 mm est proposé en 1989 avec l’ARRI 765, de même qu’une nouvelle caméra 35 mm l’année suivante (l’Arri 535), perfectionnée encore en 1992 (l’ARRI 535 B)…

Le tournant du numérique est pris dès 1994 avec la création d’ARRI Digital Film. L’Arrilaser (appareil permettant de reporter sur film des images numériques) est commercialisé en 1998. Avec la firme Zeiss, ARRI conçoit aussi des objectifs de prise de vues hautement performants. En 2000, après la fusion avec Moviecam, une dernière caméra 35 mm, la Arricam Studio, voit le jour.

Il ne restait plus à ARRI que de s’implanter solidement dans le paysage des caméras numériques : ce sera chose faite en 2010 avec l’Alexa, très appréciée de nos jours par les plus grands directeurs de la photographie.

Cette conférence anniversaire se déroulera en trois temps : Laurent Mannoni (Cinémathèque française) retracera l’historique de la firme à l’époque « argentique », Michael Koppetz (Senior Engineer, ARRI, Munich) parlera de la transition numérique et Natasza Chroscicki traitera des récentes utilisations des différentes caméras numériques ALEXA.

Michael Koppetz, Senior Engineer, Central Research and Development Department, ARRI. Diplomé de l’université technique de Munich, spécialiste des caméras film et numérique développées chez ARRI.

Natasza Chroscicki (ImageWorks) est représentante de la firme ARRI et Codex Digital en France.

Inscription par mail obligatoire: france@arri.de

 

 

Natasza Chroscicki
nchroscicki@imageworks.fr
tél: +33 (0)6 8768 1005
   

Natacha Vlatkovic
nvlatkovic@imageworks.fr
tél: +33 (0)6 3300 2608
 
IMAGEWORKS
www.imageworks.fr — 5, rue Sainte Marthe – 75010 PARIS