News ImageWorks ARRI
 
LES DERNIERS JEDI : Steve Yedlin ASC adopte les SkyPanels
 
LES DERNIERS JEDI : Steve Yedlin ASC adopte les SkyPanels

La production affirme avoir utilisé 1000 SkyPanels tout au long du tournage pour éclairer des plateaux gigantesques ainsi que les décors naturels.


Les spectateurs et les critiques sont unanimes : STAR WARS : LES DERNIERS JEDI est un succès absolu, ou tel que le critique du Los Angeles Times Justin Chang l’a exprimé, le film est « le huitième épisode officiel de la série, et il constitue l’opus le plus palpitant des dernières décennies après le premier volet de 1980, L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE. » Le film représente une nouvelle collaboration fructueuse entre le réalisateur Rian Johnson et le directeur de la photographie Steve Yedlin, ASC. Ils avaient tourné auparavant LOOPER, UNE ARNAQUE PRESQUE PARFAITE et BRICK. LES DERNIERS JEDI met en scène la préparation de la Résistance à la lutte contre le Premier Ordre. Sous la direction de Luke Skywalker, Rey développe des capacités qu’il a encore quelques difficultés à dominer.

 

  Le directeur de la photographie Steve Yedlin ASC. Crédit photo : ARRI

 

Le film se distingue également par l’utilisation innovante des sources LED ARRI SkyPanel par le directeur de la photographie Steve Yedlin. Steve Yedlin a utilisé les SkyPanels de différentes manières sur STAR WARS : LES DERNIERS JEDI. « Nous les avons principalement employés dans des assemblages de différentes tailles, tel qu’en douche pour éclairer tout un décor derrière une toile de diffusion », explique-t-il. « Que ce soit en forme de dôme ou d’un grand rectangle, suspendu à une grue, nous les avons souvent disposés en de grands ensembles. Nous pouvions ainsi modifier la colorimétrie et même varier l’intensité de manière mathématique. »

 

 Dans les coulisses de Star Wars : Les derniers Jedi.

Le film a été tourné dans les studios Pinewood à Londres avec des décors naturels en Irlande, Croatie et Bolivie. Comparé au RÉVEIL DE LA FORCE, le nombre de décors et de systèmes d’éclairage était bien plus important sur LES DERNIERS JEDI. Steve Yedlin a tourné le film dans quatre formats différents : principalement en 35 mm anamorphique et sphérique, avec des caméras ARRI ALEXA anamorphiques et sphériques, louées chez Panavision, en 65 mm IMAX 15-perf, ainsi qu’avec une ALEXA 65 fournie par ARRI Rental. Son premier long métrage en ARRI ALEXA remonte à 2012 avec IMOGENE.

 

 

 Crédit photo : David James ©2017 Lucasfilm Ltd. Tous droits réservés.

 

La production affirme avoir utilisé 1000 SkyPanels tout au long du tournage pour éclairer des plateaux gigantesques ainsi que des décors naturels. Les SkyPanels sont entièrement réglables. Leur température de couleur peut être modifiée de manière coordonnée entre 2 800 K et 10 000 K avec un rendu des couleurs précis sur toute la plage.

Steve Yedlin précise qu’il a toujours utilisé les ARRI SkyPanels sur ce tournage en mode HSI (Teinte, Saturation, Intensité), pour plusieurs raisons. « En mode HSI, la chrominance évolue presque parfaitement, » précise-t-il. « Si vous réglez les coordonnées de chrominance pour la teinte et la saturation, et que vous montez ou vous descendez l’intensité de la lumière, le suivi de la couleur est simplement incroyable. Ce qui est étonnant avec le mode HSI, c’est que vous pouvez obtenir n’importe quelle couleur que le SkyPanel peut faire avec seulement trois canaux de données DMX. Pouvoir obtenir n’importe quelle couleur avec seulement trois canaux et disposer d’une chrominance parfaite même si on augmente ou diminue l’intensité est la raison pour laquelle j’ai utilisé le mode HSI. » 

 

Crédit photo : David James ©2017 Lucasfilm Ltd. Tous droits réservés.

 

Steve Yedlin avait déjà conçu des éclairages interactifs, mais STARS WARS : LES DERNIERS JEDI constitue son premier tournage avec des sources LED. « C’est ce qui nous a permis de faire des trucs incroyablement complexes, » dit-il. « Nous pouvions modifier la lumière de manière plus rapide et complexe que jamais auparavant. Nous pouvions également reprogrammer les sources plus rapidement. Nous avons énormément travaillé en amont pour écrire les programmes que j’ai pu également ré-écrire très rapidement. Par exemple, si nous avions un tonneau, un cylindre avec une moitié noire et une moitié blanche, mais qu’esthétiquement cela ne me plaisait pas, et que je voulais vraiment accentuer sa courbure, en une minute, je pouvais faire un rendu pour les allumer verticalement plutôt qu’horizontalement . » La facilité et l’efficacité pour effectuer des modifications a offert une grande liberté à l’équipe pour réaliser des réglages impossibles à accomplir auparavant tel que remplacer des couleurs dans des directions précises. « Si vous avez, par exemple, une lumière orange produite par une explosion qui va dominer les autres sources, le SkyPanel peut passer de sa couleur d’origine à l’orange pour que rien ne soit trop puissant. Nous étions en mesure de réaliser des modifications très complexes, impossibles avec des sources traditionnelles. Et accomplir ces modifications en direct est simplement. »  

Le mode X, Y (également appelé mode 18) n’était pas disponible sur les SkyPanels au moment du tournage. En utilisant le diagramme de chromaticité de la CIE 1931, ce protocole permet aux utilisateurs de sélectionner les coordonnées X et Y pour produire une couleur précise au sein de cet espace de couleurs. « Nous avons utilisé les SkyPanels avant qu’ils ne soient dotés du mode X, Y. Si le mode 18 avait été disponible à l’époque, nous l’aurions utilisé, plutôt que le mode HSI. Le mode 18 offre plus d’avantages que le mode HSI. Il présente les mêmes fonctionnalités que le HSI avec deux grands avantages : il facilite le travail de R&D (car les coordonnées de chrominance suivent un standard universel au lieu de reposer sur une mesure unique interne) et il permet de réaliser des transitions douces entre les couleurs (sans devoir prendre un détour). »

La préparation a joué un rôle fondamental pour rendre le travail de la lumière très aisé, explique Steve Yedlin. « La préparation constante a duré entre cinq et six mois, avec des interruptions de plusieurs mois. LES DERNIERS JEDI a bénéficié de la préparation la plus utile de tous les films auxquels j’ai participé. Être en mesure de parler avec le chef décorateur Rick Heinrichs et ses assistants sur la position des sources dans le décor a été fondamental car nous allions travailler dans des décors complètement fermés, où tous les murs étaient visibles. Nous ne pouvions pas mettre des sources au plafond, par exemple. La forme des lumières devait être conçue avec le décorateur. » 

 

 Crédit photo : Lucasfilm Ltd. © 2017 Lucasfilm Ltd. Tous droits réservés.

 

Une si longue préparation a donné le temps nécessaire à Steve Yedlin pour « mapper » les SkyPanels. « J’avais une ALEXA, un SkyPanel, un serveur, mon ordinateur et de nombreuses gélatines dans mon bureau pendant des semaines », précise-t-il. « J’ai eu du temps pour planifier les choses avec le chef électro David Smith, et j’ai également beaucoup travaillé en amont avec Jaron Presant [le directeur de la photographie de la deuxième équipe] pour « matcher » les gélatines, entre autres recherches. Nous avons réussi à tracer les coordonnées chromatiques des SkyPanels pendant la préparation.

 Crédit photo : Lucasfilm Ltd. © 2017 Lucasfilm Ltd. Tous droits réservés.

STAR WARS : LES DERNIERS JEDI actuellement dans les salles. 

 

 

Natasza Chroscicki
nchroscicki@arri.de
tél: +33 (0)6 8768 1005
   

Natacha Vlatkovic
nvlatkovic@arri.de
tél: +33 (0)6 3300 2608
 
ARRI FRANCE
www.arri.com — 54, Rue René Boulanger - 75010 Paris